vendredi 30 janvier 2015

Tamagozake au Gingembre confit... le lait de poule japonais

En ces jours de froid et pluvieux (et c'est peu dire), rien de mieux qu'une boisson chaude et réconfortante. Et si comme moi vous avez passé quelques jours à "barler" avec le nez bouché, voici une bonne idée ;-)
Le tamagozake est une boisson chaude d'origine japonaise qui est perçue comme un des remèdes possibles contre les coups de froid... Exactement ce qu'il me faut en ce moment. La recette est en fait d'un simple mélange d’œuf (tamago) et de saké... le mot est du coup beaucoup plus transparent surtout si comme moi, vous avez été l'heureux possesseur d'un petit animal virtuel à élever dans un œuf (oui, je suis née dans les années 80 ;-)
C'est comme le lait de poule chez nous et en réalité seul l'alcool change et le côté très mousseux de la préparation (un peu disparu sur la photo en raison du temps entre la prise du cliché et la préparation). 
Je ne sais pas si c'est le cas partout mais c'est vrai qu'à la campagne, mes grand-parents avaient pour habitude de me préparer un lait de poule - dans la version sans alcool je vous rassure - quand j'étais un peu patraque à cause du temps... Comme quoi, les recettes de grand-mères se ressemblent parfois à des milliers de kilomètres de distance :-) 
Le gingembre confit est un petit ajout personnel, mais il n'apparaît pas dans la recette d'origine. 


mercredi 28 janvier 2015

Fregola sarde au Filet-mignon et Vermentino di Gallura

Le plat que je vous propose en ce début de semaine est à la fois simple, savoureux et roboratif (eh oui, il fait froid à ne pas mettre une fourchette dehors). 

La recette est inspirée par des ingrédients que l'on trouve de manière omniprésente en Sardaigne et que j'aime beaucoup. La fregola, base du plat est cette petite pâte toastée en forme de bille qui se prête aussi bien à une cuisson comme celle du risotto ou à la préparation de soupes. Jusqu'à maintenant je ne vous l'avais proposée que dans des versions "mer" ou végétariennes mais cette fois je me rapproche de la terre. 


L'autre ingrédient, c'est un peu de filet-mignon. Rien de typiquement sarde, mais la viande de porc en général reste l'une des plus consommées, sans parler du mythique porcetto
Dans cette recette, la viande ne va ni mijoter, ni cuire très longtemps, donc pensez à choisir des morceaux tendres et rapides à cuire. Ici j'ai choisi du filet mignon mais une côte coupée dans la longe ou un morceau dans le filet va très bien aussi. 

Dernier élément du plat, un peu de vin blanc. C'est sans aucun doute le cépage blanc le plus connu de l'île, le Vermentino di Gallura. Situé dans la partie Nord-Est de l'île, cette zone est une des plus jolies de la Sardaigne, que ce soit au niveau des côtes ou de la campagne :-) 

Comme le Vermentino di Gallura n'est pas toujours facile à trouver en France, je vous conseille de le substituer par un vin blanc du même cépage (on en trouve parmi les vins corses par exemple) le résultat sera identique. 

Pour le reste, il s'agit simplement de faire cuire ce plat... à la manière d'un risotto. Un peu de pecorino sardo pour lier le tout et le tour est joué ;-)


samedi 24 janvier 2015

Mini Quiches lorraines à la mode italienne

Pour  continuer cette semaine placée sous le signe des classiques et toujours dans l'esprit italien de la recette précédente, voici un détournement qui - je l'espère - fera sourire mes amis lorrains. La quiche lorraine comme tous les plats qui sont inscrits dans la tradition culinaire subissent autant de variante (surtout dans l'appareil) qu'il y a de cuisinier. Chacun a son secret pour plus de moelleux, de parfum, de saveurs... Et comme ma version n'est pas homologuée - c'est celle de mon papa qui en bon normand fait un appareil en remplaçant tout le lait par de la crème, très light - je me suis clairement éloignée de la tradition pour la faire voyager ;-)

Elles sont très à la mode depuis plusieurs années en Italie sous toutes leurs formes - et on les nomme d'ailleurs "quiche" en italien aussi - alors j'ai transporté la Lorraine au-delà des Alpes. La base de l'appareil reste le mélange lait / œufs / crème mais à la place des classiques lardons, j'ai utilisé du speck. Typique de l'Alto Adige (la partie de la botte ou on parle italien avec l'accent allemand ;-) ce produit bénéficie d'une IGP - Indication Géographique Protégée - mais si vous connaissez le jambon sec du sud de l'Allemagne, la saveur en est très voisine. Cela fait partie des charcuteries italiennes qu'il n'est pas trop difficile de trouver en France et j'en ai même déniché coupé très finement comme en Italie !

L'autre "atteinte" à la recette de base, c'est le fromageDans la version originale de la quiche lorraine, le fromage est facultatif, mais ici j'ai fait pire ;-) j'ai utilisé de la mozzarella. On part alors jusqu'en Campanie (la patrie d'origine de ce fromage si célèbre) et la quiche prend une saveur très douce et délicate qui s'éloigne beaucoup du goût de la quiche classique. 

Pour renforcer le côté italien du plat mais aussi pour une touche plus rustique, j'ai préparé une pâte brisée à l'huile d'olive sur le modèle de celle-ci. Un peu d'origan pour parfumer le tout et... 
è pronto :-)



jeudi 22 janvier 2015

Pasta alla Carbonara... pas D.O.P.

Cette semaine sera - un peu involontairement - la semaine des grands classiques. 
En bonne petite française, j'ai grandi avec l'idée que les pâtes à la carbonara étaient un plat contenant de la crème et des jaunes d’œufs crus (beurk !). Alors quand j'ai découvert en Italie que un plat bien différent et délicieux, je me suis convertie à la vraie carbonara donc sans œuf cru posé dessus et surtout SANS crème (désolée papa).
Il faut dire qu'à l'image des pâtes à la bolognaise, les pâtes à la carbonara font partie des plats de la gastronomie italienne les plus maltraités en France... Si vous vous demandez ce que les italiens pensent de la version française, allez lire cet article du blog Mangiare et ridere. Il est très drôle mais surtout il vous expliquera pourquoi vos amis italiens deviennent tout rouges quand ils passent devant un restaurant "italien" qui propose notre version de la carbonara. Mon italien à moi est proche de l'infarctus à chaque fois qu'il consulte un menu à l'extérieur desdits restaurants ;-)

Cependant, dans la recette que je vous propose aujourd'hui, j'ai enfreint l'une des règles fondamentale... l'usage du guanciale (ou au pire de la pancetta). Mais je n'habite pas dans la région de Rome (déception) et dans la diagonale du vide où je réside, il est plus facile de trouver des châtaignes que du guanciale. Il faut dire aussi que la seule pancetta que je trouve, c'est celle sous-vide du supermarché, coupée bien trop épaisse par rapport aux standards "papier à musique" de la charcuterie italienne et pas folichonne au niveau du goût. 

Alors - comme je ne renonce pas à faire un plat que j'adore - je me suis penchée vers les variantes locales de la pancetta. En réalité, la pancetta c'est de la poitrine de porc (roulée ou pas, différentes version existent tout le long de la botte). Du coup, j'ai trouvé la meilleure alternative possible : la ventrèche séchée que fait mon éleveur-boucher. Quand je dis la meilleure possible, je plaisante à moitié car grâce à ça, je prépare désormais une carbonara qui rivalise niveau saveur avec celle que je prépare en Italie (correction... que mon cher et tendre prépare, puisque c'est lui qui m'a appris à les préparer). 

Je ne vais pas revenir sur le laïus "pourquoi acheter des produits pas terribles qui viennent de loin quand on peut acheter des produits d'excellente qualité près de chez soi" mais l'idée reste celle-ci :-) 
Et pour le coup, on est loin d'y perdre en saveur puisque le goût des pâtes à la carbonara (en dehors des pâtes elles-mêmes) vient principalement du fromage et de la charcuterie que l'on y met. 

Alors j'espère que Sora Lella, mon idole de toujours, de là où elle est ne m'en voudra pas trop pour cette substitution :-)


mardi 20 janvier 2015

Chocolate Chip Cookies {Cookies aux Pépites de Chocolat}

Bon, il fait moche... faisons des cookies ! Je ne sais pas vous mais personnellement dès que je vois le ciel s'assombrir et les températures baisser, j'ai des envie de petits gâteaux.

Cette fois, je vous propose un grand classique, les cookies aux pépites de chocolat ! On en mangeait pas vraiment chez moi quand j'étais enfant et c'était du coup devenu pour moi un mythe très américain et bien évidemment influencé par la télévision. Quand j'ai découvert (assez tard en réalité) ce qu'étaient les cookies dans leur version industrielle, j'ai été plus que déçue... c'est un peu toujours le risque je pense quand on imagine la saveur des choses à l'avance. Alors je me suis lancée dans la réalisation de cookies (ils font partie des premiers gâteaux que j'ai réalisé seule). Après avoir testé plusieurs variantes - en réalité toutes les recettes de cookies sont sur la même base et seules les quantités évoluent - j'ai trouvé ma version favorite (mais qui ne sera pas forcément la votre j'en conviens :-)

A la fois croustillants et moelleux - cette dernière caractéristique est une des choses à laquelle je tiens le plus - ces cookies restent ceux que j'aime le plus... peut-être à parités avec ceux à la cannelle.  


samedi 17 janvier 2015

Crostini di fegatini {inspiration Toscane pour l'apéritif}

Aujourd'hui un apéritif... réservé aux amateurs du genre ;-) 
Pour moi, le foie a pendant longtemps évoqué deux choses. La terreur des grandes tranches de foie à peine saisies à la poêle et le souvenir des repas de famille du côté de ma maman avec la sempiternelle question à chaque fois qu'un lapin ou une volaille avaient été cuits au four : "qui veut le foie ?" 
Autant vous dire que je n'ai jamais levé la main ;-) 

Et puis comme les goûts changent et que j'ai - ensuite - appris à goûter les choses qu'à priori je n'aimais pas... j'ai finalement mangé du foie. Je n'en aime toujours pas le goût quand il est trop fort et c'est ce qui explique un peu que toutes les recettes du blog contenant du foie... on peu goût de foie. C'est aussi le cas dans cet antipasto très classique en Toscane et en Ombrie (certainement même dans tout le centre de l'Italie). Il existe peut-être autant de recette que de cuisinier pour ce genre de plats très campagnards et ici c'est la version que j'aime le plus. Un des invariables reste l'utilisation de câpres (très italien) mais surtout d'anchois ! Toujours très italien mais en réalité beaucoup plus surprenant dans un plat à base de foie. Pourtant le mariage est une véritable réussite et les deux ingrédients donnent beaucoup de relief à la saveur un peu plus plate du foie. 

Le classique reste l'utilisation de foies de volailles mais je les prépare également avec ceux de lapin. Je n'ai qu'un foie à la fois (attention à l'orthographe ;-) et les quantité sont donc petites. Comme en général, je ne mange que des lapins ou des volailles qui me viennent d'amis ou de membres de la famille, ils contiennent donc toujours leur foie. Si vous les prenez chez le volailler en général il vous demande si vous souhaitez les conservez. Si jusqu'à maintenant vous ne saviez qu'en faire... voici une délicieuse idée :-)


mardi 13 janvier 2015

Sedano e Bottarga // Céleri branche et Poutargue

Sedano e Bottarga (ou Céleri et Poutargue dans sa version française) est un plat que j'adore ! En ce début de semaine, j'ai peu de temps et comme ma cuisine c'est regarnie de produits sardes (bottarga en tête), voici une idée d'entrée super rapide, super pratique et surtout délicieuse. 

C'est un grand classique en Sardaigne que j'ai toujours vu servi comme antipasto mais je le prépare en général comme entrée - c'est presque la même chose - si j'ai plusieurs convives ou comme plat quand nous ne sommes que deux (il faut dire que j'aime bien ça ;-) seulement avec un peu de pain. Je vous avais proposé il y a quelques temps déjà une version "pâtes" de ce mariage entre le céleri branche et la poutargue, le voici cette fois dans toute sa pureté et sa simplicité. 

Dans cette préparation assez rustique, la poutargue retrouve un peu ses origines humbles car si elle est désormais un produit de luxe, elle est restée pendant longtemps un met consommé par les plus pauvres (un peu comme la langouste dans le Maine que l'on donnait quant à elle à manger aux prisonniers). 

C'est une entrée plutôt estivale avec sa saveur très fraîche, mais comme personnellement je consomme du céleri plutôt en saison froide, c'est un des plats minutes que je préfère en hiver.

C'est très rapide à préparer mais ne le faites pas trop en avance, les tranches de bottarga risqueraient de se déliter et la texture deviendrait moins agréable. 


samedi 10 janvier 2015

Chocolat chaud à l'Italienne

Pour se réchauffer et se cocooner un peu, je vous propose aujourd'hui une des raisons pour lesquelles j'aime l'hiver en Italie... le chocolat chaud

Si j'ai toujours apprécier le chocolat que l'on déguste en France (et dans beaucoup d'endroits du monde d'ailleurs), le chocolat tel qu'on le prépare en Italie reste pour moi sans égal. 
Dense, épais, crémeux, c'est plus qu'une boisson, c'est un véritable goûter à lui seul ;-)

Je vous en avais proposé une version un peu différente lors des tous débuts du blog, cette fois c'est la recette la plus classique que je vous laisse - peut-être - découvrir :-)



mercredi 7 janvier 2015

Galette des Rois à la Crème d'amande parfumée au Café et aux Écorces d'Orange confites { BF# 19 }

Après avoir fait de la liqueur au chocolat pour le thème de Noël proposé par Stéphanie, pour une Bataille food qui a lieu le lendemain de l’Épiphanie, Audrey de Cooking N' Co nous a concocté un thème tout à fait dans l'air du temps... et de la chanson : 
"J'aime la galette, 
Savez-vous comment ?"
Bien sûr, quand elle est bien faite avec du beurre dedans ! 

En réalité la galette chez moi c'est plutôt un gâteau d'anniversaire. Mon papa étant du début du mois de janvier, ça a toujours été SON gâteau ! Mais depuis quelques années, étant donné que je suis toujours en Italie en cette période, je n'ai pas eu l'occasion de lui en préparer. 
La proposition d'Audrey m'a donc poussée pour mon plus grand plaisir à préparer une galette (deux en réalité ;-) et à la congeler pour que mon papa puisse la manger le jour de son anniversaire :-)

Pour sortir un peu de l'ordinaire, je lui ai fait une galette des rois très particulière avec une chose qu'il adore : le café. Préparé à la moka afin d'avoir un café très dense et très parfumé, pour le choix du café lui même je m'en suis remise aux conseils d'un artisan torréfacteur de chez moi. Après être entrée en demandant "du café pour faire des desserts" (sic) je suis repartie avec un arabica du Salvador. Il s'est avéré parfait pour ce type de préparation. Très équilibré, au parfum puissant mais à la saveur douce et presque sucrée, il a parfaitement rempli son rôle. 
Et pour une touche parfumée en plus, j'ai ajouté quelques écorces d'oranges confites. Un mariage réussi qui fait une galette des rois pleine de saveurs. 

Initialement, j'avais prévu de faire une vraie crème frangipane (donc avec 1/3 de crème pâtissière) mais comme je trouve ça définitivement moins bon, j'ai adapté ma crème d'amande. Il fallait bien y incorporer le café donc pour qu'elle ne soit pas trop liquide, j'ai augmenté la proportion d'amande et pris des petits œufs. 
Ça n'en fait pas une galette plus légère mais elle est parfumée à souhait.


dimanche 4 janvier 2015

Amaretti sardi - les Amaretti moelleux au Citron comme en Sardaigne


Les amaretti sont un grand classique en Italie et on les trouve dans la cuisine traditionnelle de différentes régions. Du coup, quand Sthéphanie du blog Cuisine moi un mouton a proposé comme thème pour cette 27ème édition de la Battle food "l’amande en folie", j'ai tout ce suite pensé aux amaretti que je connais le mieux : les amaretti sardes

Ils ont deux particularités qui expliquent que je les aime particulièrement : ils sont moelleux mais surtout ils sont parfumés au citron Moi qui suis une grande fan d'agrumes, j'ai arrêté de jurer que les macarons de Montmorillon étaient les meilleurs le jour où j'ai goûté aux amaretti sardi ;-)  
La différence la plus notable avec les autres amaretti qui le plus souvent sont craquants - et ce qui du coup les rapproche énormément des macarons à l'ancienne que l'on trouve en France - c'est que leur texture est moelleuse. Cela vient principalement du fait que ce sont nécessairement des amandes entières qui sont broyées (ou hachées très grossièrement). Elles rendent donc un peu de leur huile que l'on ne trouve pas dans les amandes en poudre du commerce. C'est ce qui permet à ces amaretti de rester moelleux malgré l'enrobage dans le sucre. 

Les miens sont un peu foncés, mais le sucre non raffiné en est en grande partie la cause. Sinon, ils sont un peu plus clairs (puisque préparés avec du sucre blanc) et surtout, en fonction des zones ou des familles, ils ont parfois à leur sommet une petite amande entière. La recette de ma belle-maman étant sans cette amande, j'ai respecté la tradition :-)

Les amaretti sont des petits gâteaux que l'on trouve souvent en Sardaigne sur les tables de fête... et entre Noël et l'Epiphanie (qui est férié en Italie ;-) c'est encore un peu la fête non ? 


samedi 3 janvier 2015

Thé vert à la Grenade et au Gingembre

Pour la première recette de l'année, je vous propose un départ tonique
J'aurais même pu dire un réveil puisqu'en général, c'est à ce moment là de la journée que je consomme ce thé. "Presque" reproduction d'une boisson goûtée dans un bar à Londres, il s'agit en fait  d'un simple thé vert parfumé avec du gingembre (d'où la tonicité ;-) et de jus de grenade

Le gingembre est un produit que j'aime beaucoup et tout particulièrement dans les boissons. J'avais d'ailleurs adoré le ginger tea lorsque je l'avais découvert. Cette fois, c'est une version un peu différente puisque le très colorée, douce et sucrée que je vous propose. Tout cela essentiellement grâce à la grenade, ce beau fruit parfumé qui illumine un peu l'hiver :-)



jeudi 1 janvier 2015

Très belle année 2015 !


Voilà, c'est une nouvelle année ! 
Je voulais simplement vous souhaiter une très bonne et heureuse année 2015, pleine de joie, santé, bonheur, amour et gourmandise :-)

J'ai été très heureuse de passer cette année en votre compagnie et j'ai hâte de voir ce que 2015 réserve.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...