jeudi 27 février 2014

Risotto aux Topinambours et à l'Huile de Truffe

Aujourd'hui, c'est le retour du Risotto hebdomadaire ! Après avoir été pendant des années le risotto du lundi, il est devenu - pour une question d'incompatibilité d'emploi du temps - le risotto du jeudi :-) 

Cette fois, c'est un risotto qui marie deux ingrédients qui n'ont véritablement que peu de choses en commun mais dont la combinaison est délicieuse : l'huile de truffe et le topinambour. 
Le premier est un ingrédient plutôt luxueux, élégant et raffiné. Le second est... tout l'inverse ! Pourtant, la délicatesse du topinambour et son petit goût d'artichauts (si on le surnomme l'artichaut de Jérusalem, c'est bien qu'il y a une raison) font merveille dans un risotto. La petite touche d'huile de truffe quant à elle donne une saveur et un relief bien différent au plat... 


Risotto aux Topinambours et à l'Huile de Truffe (pour 4 personnes)
250 g de riz
250 g de topinambour (avant épluchage)
1 L de bouillon végétal
20 g de beurre + 20 g pour la liaison
1 petite échalote émincée (20 g)
1/2 verre de vin blanc
1 cc de bicarbonate de soude
1 peu d'huile de truffe

Nettoyer et peler les topinambours puis les couper en cubes. Porter une casserole d'eau à ébullition. Saler, ajouter le bicarbonate puis y plonger les topinambours pour 10 minutes. Les égoutter puis les réserver. 

Dans une poêle anti-adhésive, faire revenir l'échalote dans le beurre. Ajouter ensuite le riz et bien le mélanger. Lorsqu'il devient translucide, verser le vin blanc puis laisser évaporer. Ajouter les topinambours. Verser ensuite une louche de bouillon chaud. Attendre qu'elle soit absorbée par le riz puis continuer ainsi tout au long de la cuisson en prenant soin de n'ajouter une louche de bouillon que lorsque la précédente est absorbée. Remuer régulièrement avec une cuillère en bois. 

Le riz est cuit lorsqu'il est crémeux mais encore un peu croquant. Éteindre et procéder à la liaison en ajoutant le beurre en petit cube. Bien mélanger et servir avec un filet d'huile de truffe (il en faut vraiment très peu pour parfumer et si on en met trop, cela couvre le reste du plat). 


mardi 25 février 2014

Faire son Beurre Maison

Il y a des petites choses toutes simples qui sont parfois source d'une grande satisfaction... C'est un peu le cas pour moi quand je fais du beurre :-)
Soyons clairs, je ne suis pas obsédée par le "fait maison" au point de ne consommer que le beurre que je fais moi-même (le temps et ma musculature ne me le permettent pas...) mais une fois de temps en temps, c'est agréable de pouvoir dire qu'on l'a fait.
La préparation est toute simple, ne nécessite qu'un ingrédient, mais si comme moi vous tentez de le faire à la main, il faut pas mal de muscle... Sinon, votre batteur est votre meilleur allié. 
La "recette" est le fruit d'un interrogatoire en règle de maman. Elle déteste cuisiner - et le fait de son propre aveu assez mal - mais elle a passé son adolescence à aider ma grand-mère en cuisine pour des choses de ce genre (la fabrication des yaourts version années cinquante est aussi un de ses héritages ^_^). Donc quand je lui ai dit un jour que j'avais l'intention de faire mon propre beurre, elle a replongé dans ses souvenirs pour moi. Pour être honnête, j'y ai appris beaucoup plus que le simple processus de fabrication...

Quand je lui ai fait goûter le résultat final, elle était toute contente et très fière de m'avoir transmis quelque chose qui s'apparente malgré tout à de la cuisine :-)


Beurre fait maison :
De la crème entière de très bonne qualité
{ici j'ai utilisée celle retirée du lait entier que j'achète pour faire les yaourts... cela correspond à une dizaine de ml de crème}

Dans un récipient étroit aux rebords très hauts, commencer à battre la crème (avec un batteur électrique, vous gagnerez un temps fou). 
En réalité, les consignes pourraient se limiter à cela. Si ça prend un peu de temps, voici la description de ce qui va se passer (histoire de ne pas renoncer). La crème va s'épaissir et devenir jaune clair. Elle va ensuite former un liquide blanc dans lequel les petits "flocons" de beurre jaune bien plus foncé vont apparaître. Il faut continue à battre encore un peu jusqu'à ce qu'une petite masse se forme. 

A ce point, retirer le batteur (ou le fouet pour les plus courageux) et recueillir les petits morceaux de beurre. La laisser égoutter sur un tissus tendu. Presser le beurre entre les mains afin de former une masse bien compacte et pour en retirer un maximum de liquide puis.... tartiner !

NOTE (postérieure) : 
La quantité de beurre est ici relativement faible car réalisée avec la crème d'un litre de lait entier. Si vous devez en réaliser plus, il est vivement conseillé de rincer le beurre à l'eau froide. Cette étape permet une meilleure conservation dans le temps. 

samedi 22 février 2014

Les Endives au Jambon

Il y a parfois des plats avec lesquels on a une histoire compliquée... C'est le cas pour moi avec les endives au jambon.

Du coup, quand j'ai vu le concours "Beurk c'est pas bon" proposé par Marie-France du blog Une cuillerée pour papa, je ne me suis pas posé la question... la chose que je détestais le plus étant enfant, c'était les endives au jambon !
C'était - et c'est encore - l'un des plats préférés de mon papa et il était donc souvent à l'honneur à la maison. Mais bien évidemment, je n'y ai goûté qu'une fois pour ne plus jamais en manger ! Pourtant, ce plat a un sens particulier pour moi puisque mon papa (conscient qu'il pouvait oublier l'idée de me faire manger des endives) préparait toujours à côté une petite cocotte avec... une pomme de terre au jambon ;-)
Un plat spécial pour moi et que je n'ai jamais fait depuis. Par contre, je me suis mise aux endives et aux endives au jambon ! Et oui, en grandissant, les goûts changent (heureusement). 

J'ai donc réalisée la recette très classique - et un peu nostalgique en ce qui me concerne - qui était celle de mon papa :-) 


Endives au jambon (pour 2 personnes)
4 endives de taille moyenne
4 tranches de jambon
70 g d'Emmental râpé

Pour la béchamel :
10 g de fécule de maïs
10 g de farine
20 g de beurre
230 ml de lait entier (un peu plus si vous l'aimez plus liquide)
Noix de muscade
Sel, poivre

Nettoyer les endives. Retirer les feuilles extérieures puis couper la base. 

Porter un grand volume d'eau à ébullition. Saler puis y plonger les endives entières. Les faire cuire 10 minutes puis bien les égoutter et les éponger dans du papier absorbant (sinon, elles vont rendre leur eau dans la béchamel à la cuisson). 

Pendant ce temps, préparer la sauce béchamel. Dans une petite casserole, faire fondre le beurre. Ajouter ensuite la farine et la fécule tamisées et bien mélanger pour obtenir une sorte de pâte, le roux. Retirer la casserole du feu, verser le lait et bien fouetter pour obtenir une préparation homogène. Remettre sur le feu et faire cuire tout en continuant de remuer jusqu'à ce que la sauce épaississe (il faut compter environ 10 minutes). Retirer la casserole du feu, saler, poivrer et saupoudrer généreusement de noix de muscade fraîchement râpée. 

Préchauffer le four à 200°. Enrouler les endives cuites dans les tranches de jambon puis les disposer dans un plat à gratin (bien les serrer dans le plat). Napper de béchamel puis saupoudrer d'emmental râpé. Enfourner pour une vingtaine de minutes, jusqu'à ce que le fromage gratine sur le dessus. 


jeudi 20 février 2014

Crèmes de Lait d'Amande à la Bergamote

La recette d'aujourd'hui est inspirée d'un classique de la cuisine sicilienne, le Bianco Mangiare. En théorie composé d'amandes, d'eau minérale, de fécule de maïs et de sucre, c'est une version bien différente que je vous propose ici :-) 
La base reste - le fameux lait d'amandes (l'eau et les amandes présentes dans la recette d'origine) - mais pour en avoir goûté souvent parfumé au citron, j'ai ici changé un peu l'agrume. Il s'agit d'un citron bergamote, un petit fruit que je ne connaissais qu'au travers du thé jusqu'à ce post publié par Edda du blog Un déjeuner de Soleil (un de mes préférés, vous le savez maintenant ;-)
Le petit côté amer de cet agrume se marie très bien avec la douceur du lait d'amande (dont la saveur d'origine subsiste dans le dessert final) et fait un entremet - proche de la panna cotta - frais et très agréable.


Crèmes de Lait d'Amande à la Bergamote (pour 4 pots)
500 ml de Lait d'Amande
60 g de sucre roux
Le zeste d'un petit citron bergamote
2 g d'agar-agar

Délayer le sucre et l'agar-agar dans le lait d'amande. Dans une casserole, porter le lait d'amande à ébullition. Éteindre le feu et mettre les zestes de bergamote puis laisser infuser pendant 10 à 15 minutes. Filtrer - dans un tamis très fin comme ceux à thé - pour retirer les zestes. Si vous souhaitez les laisser dans le produit final, il faut diminuer la quantité de moitié.

Verser la préparation dans des petits pots et laisser complètement refroidir avant de servir.

mardi 18 février 2014

Fegato alla Veneziana {Foie de Veau à la Vénitienne}

Dans son livre "Venezia è un pesce" (publié en français sous le titre "Venise est un poisson") Tiziano Scarpa, écrivain vénitien, donne un superbe guide de sa ville au travers des parties du corps humain : jambes, visage, et... bouche bien sûr.

Dans ce chapitre, il donne notamment un petit aperçu de la gastronomie vénitienne au travers de trois plats. Le troisième d'entre eux est le célèbre fegato alla veneziana ("figà a alla vanessiana" en dialecte). La description en est brève mais succulente :
"Il fegato bovina va cotto né poco né troppo sull'immancabile soffritto di cipolle. C'è chi versa in padella anche un bicchiere di vino rosso o vino di Marsala."
Autant vous dire qu'avec une base comme ça, on peut imaginer beaucoup de choses ;-)
Après avoir regardé différentes recettes, j'ai décidé de faire un tant pour tant foie / oignon et de mettre effectivement du vin de Marsala qui donne un petit côté "sucré" à la recette. 


Fegato alla veneziana (pour 2 personnes) : 
200 g de foie de veau
200 g d'oignons
2 CS d'huile
10 g de beurre
3 CS de vin de Marsala
Poivre
Sel

Peler les oignons puis les couper en deux. Détailler les moitiés d'oignons en fines lamelles. Dans une petite poêle, faire fondre le beurre et chauffer l'huile. Y ajouter les oignons en lamelles et faire compoter à feu doux pendant une dizaine de minutes. Saler, poivrer.

Nettoyer correctement le foie puis le détailler en fines lanières. Augmenter le feu et ajouter les tranches de foie ainsi que le vin de Marsala. Faire revenir à feu soutenu pour 4 petites minutes en remuant continuellement. Rectifier l'assaisonnement, retirer la poêle du feu et servir immédiatement.

samedi 15 février 2014

Tarte Tatin d'Endives aux Échalotes caramélisées et Rocamadour

S'il y avait un légume que je détestais étant enfant, c'était bien les endives ! Bon, d'une manière générale, tout ce qui ressemblait de près ou de loin à une salade était mon ennemi, mais les endives c'était pour moi très amer et j'ai longtemps refusé d'en manger. C'est encore une fois passé la majorité - ou presque - que j'ai commencé à en préparer. D'abord crues (c'est ainsi qu'elles sont les plus douces aux palais réfractaires) pour finalement les apprécier cuites... C'est chez mon oncle que j'ai découvert que les endives cuites pouvaient être bonnes, dissimulées dans une omelette en réalité.

Depuis, j'ai diversifié mon approche de l'endive et j'en fait plein de choses ;-)
Ici, c'est un peu un rencontre de différents ingrédients présents dans mon frigidaire, mais qui il faut l'avouer, se marient très bien. J'avais beaucoup d'endives que m'avait donné ma maraîchère (à qui en échange j'ai donné la recette ;-) un rocamadour et un peu de pâte brisée. De quoi faire un bon plat avec pas grand chose !


Tatin d'Endives aux Échalotes caramélisées et au Rocamadour (pour 4 personnes)
220 g de pâte brisée
7 endive
2 échalotes
60 g de Rocamadour
20 g de beurre + un peu pour
2 CS de sucre roux
Sel, poivre

Préchauffer le four à 180°. Rincer et nettoyer les endives. Retirer les feuilles extérieures puis les découper en deux dans le sens de la longueur. Dans une grande poêle anti-adhèsive, faire fondre le beurre puis y ajouter les échalotes émincées. Faire revenir puis ajouter les endives, la partie externe vers le haut. Au bout de 5 minutes, les retourner délicatement puis faire cuire de l'autre côté 5 autres minutes. 
Ajouter le sucre roux et retourner à nouveau les endives. Faire cuire une dizaine de minutes en remuant régulièrement afin que cela n'attache pas et que les échalotes puissent caraméliser. Saler, poivrer. 
Retirer la poêle du feu. Les endives ne sont pas totalement cuites, mais elles finiront leur cuisson au four. 

Beurrer généreusement un moule puis y disposer les endives de manière à recouvrir le fond (toujours face extérieure vers le haut). Ajouter les échalotes puis répartir le fromage coupé en petits morceaux. Recouvrir avec la pâte brisée en prenant soin de faire rentrer légèrement les bords vers l'intérieur. 
Piquer avec une fourchette et enfourner pour 30 minutes. Lorsque la pâte est dorée, la tarte tatin est prête. La sortir du four et la laisser reposer une dizaine de minutes avant de la démouler en la retournant délicatement sur le plat de service. 


vendredi 14 février 2014

Une petite idée de Menu facile pour la St Valentin... Parfait pour ceux qui n'aiment pas cuisiner ;-)

Je vais tout de suite vous avouer quelque chose... à titre personnel, je ne fête pas la Saint-Valentin. Mon Valentin à moi est très content de l'opportunité - en même temps, mesdames, nous connaissons toute l'angoisse de la gent masculine à l'idée de nous faire un cadeau - donc tous les ans, rien ce spécial en ce jour là à part peut-être un petit dessert ;-) 

Cependant, j'adhère tout à fait à l'idée de vouloir faire plaisir à sa moitié avec une petite attention. Et quoi de plus appréciable - quand ça n'est pas habituel - de voir votre aimé faire l'effort de se mettre aux fourneaux pour préparer avec attention un bon repas :-) 
Mais tout le monde ne s'appelle pas Anne-Sophie (Pic) ou Christophe (Michalak) et personnellement, mes compétences en sont très éloignées... Je vous propose donc une idée de menu très simple, tout à fait réalisable si l'on aime pas ou que l'on ne sait pas cuisiner :-)

Et si vous avez envie d'autres idées un peu plus élaborées, vous pouvez toujours regarder ICI ;-) 

Bonne fête ! 


1. Le Spritz : un cocktail vénitien qui se marie parfaitement aux petites bouchées et pour lequel vous n'avez pas besoin de manier le shaker comme Tom Cruise... en fait vous n'avez même pas besoin de shaker. 

2. Bouchées apéritives Mortadelle, Mozzarella et Piment jalapeño : c'est plus proche du jeu de construction que de la cuisine donc c'est très simple.

3. Spaghetti Margherita : une recette simplissime (il suffit de mélanger ;-) et délicieuse. 

4. Brownies in a jar : un petit dessert tout mignon et qui s'adapte... si vous n'avez pas envie de cuisiner, il suffit d'acheter les ingrédients - brownie et chantilly - tout prêts ! 
N.B. : la recette en français est en bas de la page :-)

mercredi 12 février 2014

Spaghetti Sedano e Bottarga {Spaghetti au Céleri branche et à la Poutargue}

Après avoir mangé beaucoup de gâteaux, Petite Cuillère part en lutte contre les préjugés culinaires... Non, les pâtes ne sont pas nécessairement les ennemies du régime (bon, ok, si vous mangez des pâtes à la carbonara tous les jours, ça risque d'être un peu compliqué...).

J'ai toujours été émerveillée par la ligne de certaines de mes amies italiennes... qui mangent des pâtes tous les jours ! Donc je me suis renseignée, pour la science bien évidemment... et un peu pour préparer ce qu'elles appellent la "prova costume" (explication en français... ce moment ou on se sent un peu seule dans la cabine d'essayage, boudinée dans un maillot de bain que l'on pensait deux fois trop grand...). Résultat de mon enquête : les pâtes ça peut être très équilibré !
Petits conseils italiens donc : limiter la quantité de pâtes (100 g maximum), éviter de faire un soffritto (l'ail ou l'oignon revenu dans l'huile... la base de nombreuses recettes de pâtes) et les cuisiner avec des légumes. Des conseils de bon sens, mais qui restent bienvenus :-)

Pour tenter de se rapprocher des codes du diététiquement correct, voici une recette rapide, délicieuse et qui n'est - je l'espère - pas trop riche. C'est en réalité une version "pâtes" d'un plat que j'adore manger quand je suis en Sardaigne : sedano e bottarga. Du céleri branche et de la bottarga (ou poutargue). Dans la version originelle, c'est nécessairement avec la bottarga entière (coupée en très fines tranches), mais sur des pâtes, la bottarga en poudre comme on la trouve souvent en Italie fait très bien l'affaire ;-)


Spaghetti Sedano e Bottarga (pour deux personnes)
200 g de spaghetti
3 petites branches de céleri
Un peu de bottarga (2 CS rases pour la version en poudre, 1 à 2 cm en version entière)
1 CS d'huile d'olive
1 petite gousse d'ail hachée
1/2 verre d'eau

Bien laver puis découper en petit cubes les branches de céleri. Dans une poêle anti-adhésive, faire revenir l'ail haché dans l'huile d'olive. Ajouter ensuite les morceaux de céleri puis faire revenir dans l'huile. Lorsqu'elle a été entièrement absorbée - et pour éviter d'ajouter trop d'huile - verser une peu d'eau et continuer la cuisson pour encore 10 minutes.

Pendant ce temps, préparer les spaghetti. Faire bouillir un grand volume d'eau. Lorsqu'elle arrive à ébullition, saler et y plonger les spaghetti. Faire cuire le temps indiqué en remuant régulièrement, surtout en début de cuisson.

Lorsque les pâtes sont cuites, les égoutter (pas trop, afin que les spaghetti ne se collent pas entre eux par la suite) et les verser dans la poêle contenant le céleri. Saupoudrer généreusement de bottarga en poudre ou en tranches et mélanger avant de servir.


NOTE :
Pour une version plus gourmande et moins légère, il est possible de mélanger la bottarga avec l'équivalent de deux cuillères à soupe d'huile d'olive avant de la répartir sur les pâtes :-)

dimanche 9 février 2014

Honey Pie ou Tarte au Miel... Dessert pour les Beatles

Parmi les héritages qui me viennent de mon père, la cuisine n'est pas le seul. Il m'a aussi transmis le virus des Beatles :-)
Pour avoir passé une partie de mon enfance à l'entendre écorcher les différents morceaux sur sa guitare, j'avais déjà toute petite une affection très particulière pour certains de leurs morceaux et une aversion très prononcée pour d'autres... Une de mes préférées était "Wild Honey Pie". 

Présente sur l'album blanc de 1968, "Wild Honey Pie" - qui n'a rien à voir avec la chanson "Honey Pie" mais qui en fait un plat récurrent chez les Beatles - est un morceau de musique expérimentale pour ne pas dire psychédélique (on est proche de l'hallucination auditive). Wikipedia a la gentillesse de nous préciser qu'il "est probable que le thème ait vu le jour lors du séjour des Beatles en Inde"... on se demande bien pourquoi ^_^

Mais comment se fait le passage entre la chanson et le dessert lui-même ? Tout simplement parce que lorsque j'ai découvert le sens de ces mots j'ai eu énormément de mal à concevoir ce que pouvait être une tarte au miel... Une tarte avec du miel dessus ? Naaan, pas possible. Donc je me suis inspirée de ce que j'avais vu en Italie, pas des tartes au miel, mais des tartes à la ricotta. Avec un oeuf et un peu de farine (ici j'ai mis de la fécule de maïs), ça fait de superbes tartes, délicieuses même si loin d'être légère ;-)

Pour faire mes Honey pie, j'ai donc tout simplement ajouté du miel (toutes fleurs, mais pour avoir essayé avec du miel d'acacia, c'est bien différent et très bon). 


Honey Pie (pour 6 petites tartelettes)
Pour la pâte :
Voir la recette ICI (un des deux fonds suffit)

250 g de ricotta
120 g de miel
2 petits œufs (à défaut, 1 gros + 1 jaune)
le zeste d'un demi citron
3 cc de fécule de maïs

Préparer le fond de tarte (même la veille) comme indiqué ICI.

Dans un saladier, mélanger la ricotta bien égouttée, le miel, les zestes de citron, les œufs et bien mélanger. Ajouter ensuite la fécule de maïs et bien battre à nouveau afin d'avoir une préparation homogène. Préchauffer le four à 180°.

Au moment de la préparation, sortir la pâte du réfrigérateur et l'étaler sur un plan de travail bien froid. Couper le fond en six parts et les déposer sur les moules. Foncer la pâte, la faire adhérer le mieux possible au moule et retirer le surplus à l'aide d'un rouleau à pâtisserie. Piquer les fonds de tarte avec une fourchette.
Verser la préparation à base de miel et de ricotta dans les fonds de tarte et les enfourner dans le bas du four pendant 10 minutes. Pour les vingt minutes restantes, déplacer la plaque au centre du four.

Quant la pâte fonce et que la préparation au miel colore, les tartes sont prêtes. Les sortir et les laisser refroidir avant de servir. 

vendredi 7 février 2014

Crème à Tartiner aux Artichauts

Est-il besoin de le répéter, je voue un véritable amour aux artichauts ! Peut importe la manière dont ils sont cuisinés, j'en mangerai en continuation. Cela entraîne parfois de ma part une sorte d'achat compulsif d'artichauts (ce qui m'arrive d'ailleurs pour d'autres produits ^_^ ) puisque leur saison reste limitée. 

Cette crème d'artichauts est bien le résultat de l'achat d'une trop grande quantité de petits artichauts violets. Pour ma défense, ils étaient issus de l'agriculture biologique et en promotion ;-) 

L'idée était de faire quelque chose de simple et de savoureux. La préparation est rapide, mais la cuisson des artichauts prend un peu de temps... l'avantage, c'est qu'il n'est pas nécessaire de les surveiller...


Crème à Tartiner aux Artichauts (pour 4 personnes)
4  artichauts poivrades
2 petites gousses d'ail
2 CS bombées de fromage double crème (type Saint Môret)
2 CS d'huile d'olive + 1
1 petite échalote (environ 15 g)
Le jus d'un citron
1 pincée de piment
Sel

Nettoyer les artichauts. Dans un saladier, verser de l'eau bien froide et le jus du citron. Retirer les feuilles extérieures les plus dures. Couper la partie supérieure de l'artichauts et éplucher le pied. Couper les artichauts en deux et en retirer le foin. Les plonger dans l'eau citronnée. Juste avant la cuisson, découper les artichauts en petites tranches fines. 

Dans une poêle anti-adhésive, faire chauffer les 2 CS d'huile d'olive avec l'ail et l'échalote émincés. Ajouter le piment puis les artichauts. Faire cuire 5 minutes puis couvrir avec deux verres d'eau. Saler et laisser cuire environ une demi heure. Si toute l'eau est absorbée avant que les artichauts soient cuits, en ajouter un peu. 

Lorsque les artichauts sont cuits (la chair doit être tendre et normalement toute l'eau a été absorbée), les laisser refroidir. Mettre dans le mixer les artichauts, le fromage  et l'huile d'olive puis mixer jusqu'à l'obtention d'une crème. 

Servir avec un peu de pain en apéritif voir même (en déliant un peu avec de l'huile d'olive) comme sauce pour des pâtes. 


NOTE : 
Pour modifier un peu le parfum, il est possible d'ajouter à la crème un peu d'origan ou de basilic.

Attention, le Saint-Môret ne contient pas en tant que tel du gluten, mais des traces peuvent être présentes. Il convient donc si l'on est allergique de choisir un autre fromage double crème ou un autre fromage frais. 


mercredi 5 février 2014

Tarte aux Fruits de la Passion et... au Chocolat noir

C'est le premier mercredi du mois... C'est la Bataille Food ! Pour cette nouvelle édition, un thème qui fera plaisir aux becs sucrés dont je fais partie : une pâtisserie avec du chocolat et des fruits ! Du chocolat, il y en avait eu chez Marine, mais en version chocolat chaud :-)

C'est l'adorable Gordana du blog Des recettes à Gogo qui nous propose ce petit défi. Cette fois, j'ai vraiment été obligée de me creuser la tête parce que pâtisserie au chocolat, j'ai l'habitude. Mais je me suis rendue compte que je n'avais que rarement fait de la pâtisserie chocolat + fruits (en dehors du couple chocolat / framboise). Pour changer un peu, j'ai utilisé ce que l'on nomme communément des fruits de la passion, l'idée étant de faire une tarte dans laquelle le chocolat serait dissimulé :-)

Pour le fond de tarte, je suis restée fidèle à la pâte sablée sucrée de Pierre Hermé (à laquelle j'ai seulement retiré la vanille). Les quantités sont ici pour deux fonds de tartes - environ 500 g - mais j'ai l'habitude d'en faire quatre pour en congeler une partie. L'utilisation postérieure est toute simple puisqu'il suffit de laisser décongeler la boule de pâte au réfrigérateur et de procéder ensuite normalement.

La ganache au chocolat quant à elle est réduite à sa plus simple expression mais la quantité de crème est limitée afin d'obtenir une consistance bien solide lors du service... Également parce que la tarte est recouverte d'une sauce aux fruits de la passion un peu coulante. Avec des "amours en cage" comme l'on nomme aussi les physalis pour décorer, c'est presque un dessert de Saint-Valentin ^_^


Tarte au Chocolat et Petites Piscines aux Fruits de la Passion (pour 8 personnes)
Pour la pâte sablée sucrée de Pierre Hermé (2 fonds de tarte) :
250 g de farine
140 g de beurre doux mou
75 g de sucre glace
50 g de poudre d'amande
1 oeuf (de 50 g) battu
1 pincée de sel

Pour la sauce aux fruits de la passion :
3 fruits de la passion
4 CS rases de sucre glace
1 CS rase de fécule de maïs

Pour la ganache :
200 g de Chocolat
170 ml de crème liquide

Pour la décoration (facultatif) :
4 physalis 

Préparer la pâte la veille (ou au minimum 5 heures avant). Dans un saladier, tamiser la farine et verser le sel. Couper le beurre en petit morceaux et sabler entre les doigts avec la farine. Ajouter le sucre glace tamisé, la poudre d'amande, et sabler à nouveau. Incorporer l'oeuf battu et former deux boules de poids égal avec la pâte. Les filmer puis les entreposer au réfrigérateur toute la nuit (au minimum 4 heures). Si vous souhaitez congeler l'un des deux fonds de tarte, il suffit de mettre la boule filmée directement dans le congélateur.

Sortir la boule de pâte du frigo. Afin d'éviter d'ajouter trop de farine, vous pouvez l'abaisser sur le plan de travail bien froid en la disposant entre deux feuilles de papier film suffisamment grandes. Abaisser la pâte le plus finement possible (environ 3 à 5 mm) puis la déposer dans le moule. Bien la faire adhérer au moule puis à l'aide d'un rouleau à pâtisserie (c'est ce qui reste le plus simple) retirer les excédents de pâte. Piquer le fond de tarte avec une fourchette et entreposer à nouveau au réfrigérateur pour une petite demi heure.

Préchauffer le four à 180°. Enfourner la pâte à blanc pendant 20 minutes (les quinze premières minutes, recouverte de papier cuisson et parsemée de billes de cuisson).

Préparer la ganache. Râper le chocolat dans un saladier. Dans une casserole, porter la crème liquide. Verser ensuite la moitié de la crème sur le chocolat en remuant doucement à l'aide d'un fouet afin de faire fondre le chocolat. Ajouter ensuite le reste de la crème toujours en mélangeant. Lorsque la préparation est bien homogène, verser la ganache dans le fond de pâte cuit puis entreposer au moins 1 heure filmé au réfrigérateur.

Préparer la sauce aux fruits de la passion. Retirer les grains et la chairs des fruits et les verser dans une casserole avec le sucre glace et la fécule de maïs. Bien mélanger puis faire cuire 5 à 7 minutes, le temps que le mélange épaississe un peu. Laisser refroidir puis répartir la sauce sur la tarte.




-------------------------


Et si vous voulez découvrir les autres recettes, voici les liens des différents blogs ou pages :


Audrey

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...